Elle a dit tout haut ce que plusieurs ont pensé tout bas à la suite de sa défaite lors des élections fédérales cet automne. Avoir l’audace et le courage de dire que son ex-chef n’a pas de couilles, il faut le faire! Et non, ce n’est pas nécessairement un acte de suicide politique, parce que la vieille game, une bonne partie du public en a marre!

J’étais sur un plateau télé cet automne quand l’article est sorti avec sa déclaration incendiaire. Go girl, que je me suis dit! Elle va déranger, elle va brasser les cartes, go Sylvie, go!

Les commentateurs masculins autour de moi étaient d’un tout autre avis. Ils étaient unanimes : on ne fait pas ça, en politique, parler contre son boss, contre son équipe, contre la fameuse ligne de parti. N’empêche que je vous gage qu’une bonne partie des électeurs, du moins les électrices, ont salué le geste de celle qui a osé ne pas avoir la langue de bois. Elle a dit ce que plusieurs pensent dans leur salon quand ils sont découragés de la politique et de ses jeux de coulisses qui n’ont parfois rien à voir avec les préoccupations des gens sur le terrain.

La game politique est appelée à changer, à évoluer, avec l’aide des femmes qui, comme Sylvie, ont le courage de leurs convictions.

Pour obtenir mon TOP Femmes 2019 en primeur cliquez ici.

Laissez-moi vos commentaires!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *